la procrastination peut être le signe d'un trouble grave


Procrastination et stress

Il y a des gens pour qui la procrastination perturbe la vie. La procrastination peut avoir un effet négatif sur le statut social d'une personne ainsi que sur sa situation financière. De plus, ceux que l’on appelle les procrastinateurs sont incapables de changer leur comportement, ils remettent toujours tout à plus tard. Ainsi, le cercle vicieux du stress et de la procrastination se poursuit sans relâche. Comment cela se passe ?

La perspective d'une tâche que vous ne pouvez pas ou ne voulez pas accomplir entraîne au départ un stress. La procrastination offre un certain soulagement, mais l'idée du travail remis à plus tard reste dans votre esprit et ne vous laisse pas de répit. Les conséquences de la procrastination auxquelles vous pouvez vous attendre à l'avenir ne peuvent qu'empirer la situation.

La pression constante affecte rapidement votre santé - irritabilité, inattention, maux de tête et insomnie ne sont que quelques-uns des effets de la procrastination. La situation est encore plus grave lorsque la procrastination est associée à des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), une névrose ou une dépression.

Procrastination et TDAH

Le TDAH peut-il être la cause de la procrastination ? Les personnes souffrant de TDAH ont du mal à planifier leurs activités et à se concentrer pendant et après des tâches complexes et fastidieuses. De ce fait, ils s'irritent rapidement, ont tendance à oublier diverses choses, même des choses banales, et il leur est difficile de respecter des délais importants. Ces aspects du TDAH peuvent contribuer à une tendance à la procrastination.

La thérapie cognitivo-comportementale pourrait être utile. Cela permet de remplacer un comportement défectueux par un comportement correct, ce qui permet une meilleure gestion du temps.

La névrose comme cause de procrastination

La névrose d'angoisse peut être une autre raison de remettre les choses à plus tard. Les personnes atteintes de névrose d'angoisse souffrent d'une agitation constante. S'inquiéter de sa propre santé, de sa sécurité et de sa famille prend beaucoup de temps, ce qui laisse peu de place pour d'autres tâches. Cela contribue également à la procrastination.

Comment savoir si une névrose en est la cause ? Ce trouble se manifeste par une fatigue accompagnée simultanément d'insomnie, d'irritabilité, de tension, d'arythmie cardiaque et de transpiration excessive.

Les médicaments et la psychothérapie peuvent aider à traiter les névroses. De plus, il vaut la peine d'essayer de se distraire du négatif.

La procrastination pour cause de dépression

La dépression est un état très grave dans lequel le cerveau cesse de fonctionner de manière rationnelle en raison des modifications chimiques qui s'y produisent. Une personne dépressive est très déprimée et se laisse envahir par la tristesse et le désespoir. La dépression se caractérise par un manque de volonté, d'énergie et de capacité à accomplir les tâches les plus élémentaires.

Pour les amis et la famille qui n'ont jamais eu à faire face à une dépression, un tel comportement peut être totalement incompréhensible. Il est souvent perçu comme de l'apathie ou de la paresse. Certains répondent aux personnes souffrant de dépression par un simple "Ressaisissez-vous ! "

Cependant, la dépression ne doit pas être ignorée, d'autant plus qu'elle peut conduire au suicide lorsqu’elle est à un stade avancé. Il est nécessaire de consulter un psychiatre et d'entamer un traitement, généralement basé sur la prise de médicaments et comprenant parfois des séances individuelles avec un psychothérapeute ou une thérapie de groupe.

Troubles obsessionnels compulsifs et procrastination

Les troubles obsessionnels-compulsifs sont étroitement liés à la dépression et à la névrose. Ce type de dysfonctionnement ne permet pas aux gens d'être satisfaits de la façon dont ils accomplissement leurs tâches, même lorsqu'ils ont bien travaillé ; un sentiment qui s'apparente quelque peu à un perfectionnisme excessif. Il y a toujours quelque chose à améliorer ; rien n'est parfait tel quel.

Une personne souffrant de troubles obsessionnels compulsifs accumule des pensées et des sentiments négatifs accompagnés d'un sentiment d'impuissance, de pensées négatives et de réflexes répétitifs (par exemple, nettoyer, empiler ou échanger des objets, se laver les mains ou les dents, etc.) Tout cela restreint la personne qui souffre et ne lui permet pas de faire face aux choses qui devraient être faites.

Ces troubles sont traités de la même manière que les névroses et la dépression, par la prise de médicaments, la thérapie cognitivo-comportementale ou le travail de groupe.

La procrastination par manque de sommeil

Le manque de sommeil, une surabondance de choses à faire, de responsabilités et le stress finissent rapidement par nuire gravement à votre santé. Les symptômes du manque de sommeil comprennent une certaine dérive au milieu de la journée et dans des circonstances inattendues, de l'irritabilité, de l'insomnie, un manque d'énergie et des problèmes d'attention. Ces conditions conduisent également à la procrastination.

La fatigue semble moins grave que les dysfonctionnements mentionnés précédemment, mais l'ignorer comme cause peut entraîner de graves conséquences : Maladies auto-immunes (diabète, maladie de Hashimoto, lupus érythémateux systémique, polyarthrite rhumatoïde, etc.), infarctus du myocarde, athérosclérose ou dépression.

Parfois, pour éviter la fatigue, il suffit de faire preuve d'assurance et de déléguer des tâches aux autres. En outre, il est utile de s’assurer un certain confort et des possibilités de régénération en cas d'utilisation excessive de ses capacités- par exemple, en s’assurant une alimentation saine et équilibrée, en faisant de l'exercice et en ayant une qualité de sommeil adéquate. 

Alors comment surmonter la procrastination ?

Il est de la plus haute importance de se poser ces questions et d'y répondre : Pourquoi est-ce que je remets les choses à plus tard ? Quelles sont les choses que je remets à plus tard ? Qu'est-ce qui me dissuade de les faire ? Ai-je le temps de m'occuper de tâches importantes ? Peut-être y a-t-il une autre raison pour laquelle je ne veux pas les faire ?

Si la procrastination résulte d'un manque de préparation et ne peut être attribuée à d'autres types de dysfonctionnement, vous pouvez vous motiver en décomposant les tâches importantes en tâches plus petites et plus faciles à gérer et en apprenant à planifier efficacement votre temps et à réduire les activités qui vous font perdre du temps comme la télévision, les jeux sur l’ordinateur, etc.

Si la procrastination résulte de l'un des troubles susmentionnés, il vaut la peine de demander l'aide d'un médecin ou d'un thérapeute. Négliger ces problèmes non seulement ne vous aidera pas, mais cela pourra en renforcer les conséquences négatives.


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés